Publications
Cette langue qui se cabre et se raidit: la poésie d'Ida Gerhardt
Pour les abonnés

Cette langue qui se cabre et se raidit: la poésie d'Ida Gerhardt

(Luc Devoldere) Septentrion - 1997, nº 3, pp. 74-76

Ceci est un article de nos archives imprimées. Patientez, car nous devons le scanner

La poétesse néerlandaise Ida Gerhardt (1905-1977) s'inscrit dans la tradition, sans cependant pratiquer une écriture traditionnelle. Elle a puisé son inspiration dans les classiques, la foi et la Hollande et leur a donné forme dans des sonnets, quatrains, rondeaux, voire strophes saphiques.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€4/mois

€40/année

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.