Publications
Cette langue qui se cabre et se raidit: la poésie d'Ida Gerhardt
Pour les abonnés

Cette langue qui se cabre et se raidit: la poésie d'Ida Gerhardt

(Luc Devoldere) Septentrion - 1997, nº 3, pp. 74-76

Ceci est un article de nos archives imprimées. Patientez, car nous devons le scanner

La poétesse néerlandaise Ida Gerhardt (1905-1977) s'inscrit dans la tradition, sans cependant pratiquer une écriture traditionnelle. Elle a puisé son inspiration dans les classiques, la foi et la Hollande et leur a donné forme dans des sonnets, quatrains, rondeaux, voire strophes saphiques.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€5/mois

€50/année

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous autorisez un paiement automatique. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be