Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Publications

Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

«Dormeuse», un poème de Paul Demets
Photo © Stephan Vanfleteren
Photo © Stephan Vanfleteren Photo © Stephan Vanfleteren
Le poème du mois
Littérature

«Dormeuse», un poème de Paul Demets

Poète et critique de poésie et de théâtre, le Flamand Paul Demets (°1966) écrit régulièrement pour différents médias belges, dont notre revue en langue néerlandaise de lage landen. Il a fait ses débuts littéraires en 1999 avec le recueil De papagaaienziekte. Le poème présenté ci-dessous a paru en néerlandais sous le titre «Slaapster» dans De Bloedplek (Amsterdam, De Bezige Bij, 2012), ouvrage pour lequel Demets a obtenu le prix Herman de Coninck.

Dormeuse

Dis-moi près du ravin de ta main
émiettant du pain au bord de la table
comment tu me vois. Et mets de côté tes doigts,
trace les grandes lignes que le chat se doute

de quelque chose au bruissement sous la lampe. Tu
manges ma provision, d’une gorge palpitante
tu traques des yeux la première vue. Que veut-elle
donc cette lumière. Le jour s’écoule le long du bras

que je lève jusqu’à ce qu’il pénètre mes
épaules, prenne les jambes à mon cou, relâche
la peau sur une chaise, fasse ma bouche en dire trop.
Pommes dans une coupe de pommes, de couleur rouge

la préparation, œil irritant, pulpe autour
de pépins. Le rideau tombe-t-il alors, que je me vois
rongé tout blanc. Ravalé le baiser, préparé le poison.

Ne plus rien vouloir savoir d’un réveil.

Slaapster

Zeg mij bij het ravijn van je hand
op de rand van de tafel kruimelend
hoe je me ziet. En leg je vingers opzij,
zet lijnen uit tot de kat iets vermoedt

achter geritsel onder de lamp. Je eet
mijn mondvoorraad, zit met kloppende keel
te loeren op het eerste gezicht. Wat is
dit licht van zin. De dag vloeit uit de arm

die ik til tot hij mijn schouders te binnen
valt, mijn lijf de benen neemt, op een stoel
de huid loslaat, mij de mond voorbijpraat.
Appels in een schaal appels, van rood

het preparaat, tergend oog, vruchtvlees
om pit. Valt het doek dan, zie ik mijzelf wit
aangevreten. De kus geslikt, het gif gemengd.

Van ontwaken niet meer willen weten.

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.