Publications
La Belgique libérée : bien plus que des «cigarettes for papa» et «chocolates for mama»
Pour les abonnés
histoire

La Belgique libérée : bien plus que des «cigarettes for papa» et «chocolates for mama»

Les commémorations de la libération de la Belgique, il y a 75 ans, font revivre le souvenir d’une période de liesse où les chars alliés parcouraient nos rues en triomphateurs. Les scènes de joie d’alors sont aujourd’hui reproduites en plus grand et rejouées tous azimuts. Mais elles ne racontent qu’une partie de l’histoire de la libération.

La libération de la Belgique en septembre 1944 signifiait la fin de quatre années d’occupation allemande et de leur cortège de misères. L’entrée de combattants alliés, qu’il s’agisse de Britanniques, d’Américains, de Polonais ou de Canadiens, a tout naturellement déclenché des débordements d’enthousiasme. Les libérateurs apportaient, en même temps que la liberté, des cigarettes for papa et du nylon ou des chocolates for mama.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€5/mois

€50/année

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous autorisez un paiement automatique. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be