Publications
La pollution de l’Escaut: chronique d’une mauvaise communication
Pour les abonnés
Sans bornes
Les Pays-Bas français
Société

La pollution de l’Escaut: chronique d’une mauvaise communication

Ces dernières semaines, une catastrophe environnementale sans précédent a frappé l'Escaut, tant du côté français que belge. La rupture d’une digue qui retenait les eaux usées a entraîné la mort par asphyxie de tonnes de poissons. Curieusement, cette pollution a surpris les Belges, car le système d’avertissement des autorités n’a pas fonctionné comme il aurait dû. Pourtant, les journaux français ont couvert la catastrophe. Une chronique.

Le 10 avril. Dans la petite commune de Thun-Saint-Martin, près de Cambrai, les habitants ont passé une nuit agitée. Leurs jardins et leurs rues se sont retrouvés sous eau. La nuit précédente, une fuite dans une digue de la sucrerie Tereos située à proximité a provoqué le déversement de cent mille mètres cubes d'eau. Ce n’est pas la première fois que ce genre d’incident se produit. En février, Tereos avait déjà dû faire face à une fuite semblable, mais les dégâts s’étaient alors avérés limités. Cette fois, c’est une véritable vague d'eaux usées qui déferle.

Cette eau est utilisée pour le lavage des betteraves et présente une forte teneur en pulpe de betterave et en sucre. Cette substance se retrouve dans le canal de l'Escaut. Les « Voies navigables de France » (VNF) sont responsables de la navigation fluviale sur les voies navigables françaises et déclare, ce jour-là, que cet incident n'a aucun impact sur le canal.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€4/mois

Série:

Sans bornes

La France, nouveau pays du vélo ?

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.