Publications
Le cas Belgique
Pour les abonnés
Série: Perdu dans toutes nos langues
langue

Le cas Belgique

La Belgique représente un cas intéressant du point de vue linguistique. Voici une petite leçon d'histoire.

Lorsque Guillaume Ier, après le congrès de Vienne, a imposé dans la partie méridionale de son Royaume-Uni des Pays-Bas, une politique linguistique visant à promouvoir le néerlandais, il était déjà trop tard. L’élite francophone n’a pas accepté cette politique et dans le nouvel État né en 1830 l’usage des langues était libre. Dans la pratique pourtant, le français était partout dominant. Le Liégeois Charles Rogier, l’un des principaux chefs de file de la Révolution belge, écrit en 1832 à Jean-Joseph Raikem, ministre de la Justice: «Les premiers principes d’une bonne administration sont basés sur l’emploi exclusif d’une langue, et il est évident que la seule langue des Belges doit être le français.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€5/mois

Série:

Perdu dans toutes nos langues

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous autorisez un paiement automatique. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be