Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Publications

Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Louis Paul Boon, électron libre et novateur des lettres flamandes
© R. Mierenet - ANEFO
© R. Mierenet - ANEFO © R. Mierenet - ANEFO
compte rendu Planète Littérature
Littérature

Louis Paul Boon, électron libre et novateur des lettres flamandes

Pour notre plus grand bonheur, les éditions Noir sur Blanc ont réédité La Route de la chapelle, le chef-d’œuvre de l’auteur flamand Louis Paul Boon (1912-1979), devenu introuvable pour les lecteurs francophones.

Formant un diptyque avec Été à Ter-Muren (titre original: Zomer te Ter-Muren), le roman kaléidoscopique La Route de la chapelle ou le 1er roman illégal de Boontje (paru en néerlandais en 1953) se place sous le signe d’une composition savamment éclatée. Les innovations formelles, la magie stylistique s’inscrivent dans une architecture qui révolutionne la technique romanesque. Cette œuvre libre, ambitieuse, s’articule autour de plusieurs niveaux de récit: le roman de l’héroïne ondine Bosmans, la revisitation du Roman du Renart au travers de Reynart le Goupil, les interactions de personnages imaginaires qui dissertent sur le livre en cours.

ondine, jeune fille pauvre du tout début du XIXe siècle, délurée, usant de ses charmes, aventurière qui sombrera dans le désespoir, compose l’un des personnages féminins les plus poignants de la littérature contemporaine. Figure quasi picaresque, figure épique comme l’écrit cet autre grand auteur flamand Hugo Claus (1919-2008) dans sa préface, la sauvageonne ondine appartient à la classe des opprimés, des marginaux sur lesquels l’œuvre de Louis Paul Boon se penche. Divisée en courts chapitres, jouant sur un vaste registre d’écritures, mêlant lyrisme et crudité, explosions formelles et dénonciations des structures oppressives de l’Église, de l’argent, du pouvoir, de l’État, la fiction de ce «merle blanc» (Hugo Claus) de la littérature flamande éblouit par sa densité, son audace expérimentale, son inventivité de forme et de contenu.

ondine, jeune fille pauvre du tout début du XIXe siècle, aventurière qui sombrera dans le désespoir, compose l’un des personnages féminins les plus poignants de la littérature contemporaine

Né à Alost (petite ville industrielle à mi-chemin entre Gand et Bruxelles), peintre, dessinateur, journaliste, rédacteur au quotidien du Parti communiste flamand De Roode Vaan, au journal Front, au quotidien socialiste Vooruit, immense rénovateur de la prose flamande (son nom est retenu pour le prix Nobel de littérature), Louis Paul Boon est l’auteur de romans érotiques, de romans socio-historiques, de fresques du monde ouvrier, d’œuvres exploratoires.

Nombre de ses créations ont été adaptées au cinéma: Pieter Daens of hoe in de negentiende eeuw de arbeiders van Aalst vochten tegen armoede en onrecht (Pieter Daens, ou comment, au XIXe siècle, les travailleurs d'Alost luttèrent contre la misère et l'injustice) a été adapté par Stijn Coninx dans Daens, son roman Menuet a été porté à l’écran par Lili Rademakers, son roman De Bende van Jan de Lichte, inspiré par le Robin des Bois légendaire Jan de Lichte, héros de la liberté, est adapté dans la mini-série Bandits des Bois. Dans le sillage d’une œuvre qui donne la parole aux opprimés, aux sacrifiés, aux victimes de la société, son roman posthume, Het geuzenboek (Le Livre des Gueux) met en scène le soulèvement des Gueux au XVIe siècle.

https://www.youtube.com/embed/D3Js369V1Fs

Dans La Route de la chapelle, le personnage flamboyant, passionné d’ondine appartient aux laissés-pour-compte que Boon n’a cessé de faire monter sur la scène de la littérature, sur la scène de l’histoire. Sa volonté de s’arracher à la misère en faisant commerce de son corps, ses aventures sentimentales, son mariage avec oscar culmineront dans la désillusion et l’échec. Une désillusion et un échec qui consonent avec le pessimisme grandissant qu’éprouve Boon envers les promesses du socialisme ouvrier.

Toute La Vie

«Un peu de sérieux maintenant, car bien qu’on n’écrive plus de romans, l’auteur de ce plan-de-roman voudrait donner quelque chose qui engloberait Toute La Vie... mais tu vois que dès le début il est forcé d’employer de trop grands mots avec des majuscules... et humainement parlant, il faut s’attendre à ce qu’il ne soit pas à la hauteur de son roman.

Il passera trop vite sur ceci et s’étendra trop sur cela, et de cette manière ça deviendra une mer, une flaque, un truc qui ne ressemble à rien: mais il nous reste la mince consolation qu’il soit un maître du détail. Il écrirait un roman avec pour héroïne présumée la petite ondine -car parmi la peur et le doute et le dernier espoir du dernier des Mohicans, parmi le fer et le verre et le béton, parmi la bureaucratie et la fission nucléaire et le bâtiment paralysé, la figure de cette jeune fille donnera une impression de bien-être et de fraîcheur... mais à côté du roman de la petite ondine, il faut aussi que ça devienne le roman du petit oscar, son-amoureux-et-mari - ondine et le petit oscar, deux o que le hasard doit réunir, pour leur faire dérouler côte à côte la bobine de leur vie, sans jamais se comprendre mutuellement et en entretenant les mêmes illusions sur tout (…)»

Comme dans Tristram Shandy de Laurence Sterne, une instance narrative intervient dans le fil du récit, y insérant un questionnement métafictionnel. johan janssens le poète, tippeltotje la peintre, môssieu colson du ministère, kramiek, le maître d’école cantique, sa femme lucette sont autant de personnages imaginaires qui commentent, réorientent l’avancée du livre. Un chef-d'œuvre parcouru par un souverain souffle libertaire.

Louis Paul Boon, La Route de la chapelle (titre original: De Kapellekensbaan), traduit du néerlandais par Marie Hooghe, préface de Hugo Claus, éditions Noir sur Blanc, collection «La Bibliothèque de Dimitri».

Planète Littérature

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.