Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Publications

Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Malgré le coronavirus, les brasseurs du nord de la France peuvent faire la fête
Les Pays-Bas français
Société

Malgré le coronavirus, les brasseurs du nord de la France peuvent faire la fête

Malgré la période difficile due au coronavirus, les brasseurs du nord de la France ont encore des raisons de se réjouir. L’Anosteké de la Brasserie du Pays Flamand a été sacrée meilleure bière blonde du monde et Pelforth, avec pour logo un pélican, fête son 100e anniversaire.

Une présentation de bières de Noël 2021 a eu lieu début novembre à Lille. 24 brasseurs des Hauts-de-France y ont participé. Cet évènement est devenu une tradition annuelle. Un public limité peut y déguster les nouvelles bières de Noël, mais les brasseurs présents y font aussi une première évaluation de l’année écoulée, difficile cette fois en raison de la longue fermeture des cafés et des restaurants. Certains brasseurs ne veulent donc pas courir de risque et ne proposent cette année aucune bière de Noël, d’autres le font pour des volumes limités. Par ailleurs, la demande en produits locaux est plus forte, y compris pour les bières régionales. Bref, tout laisse à penser que la bière de Noël, cette année, sera difficile à obtenir sur le marché.

La meilleures bière blonde du monde

Mais toutes les nouvelles ne sont pas mauvaises pour les brasseurs. L’Anosteké blonde, la bière à succès de la Brasserie du Pays Flamand, dans le Nord, a été sacrée meilleure bière blonde du monde aux World Beer Awards 2021 par un jury international. Ce n’est pas la première fois que cette brasserie est récompensée. En 2016 déjà, l’Anosteké Saison avait obtenu la même distinction.

La Brasserie du Pays Flamand est encore jeune. Elle a été fondée en 2006 par Olivier Duthoit et Mathieu Lesenne, amis d’enfance et passionnés de bière. En 2006, ils ont repris les bâtiments d’une ancienne distillerie de Blaringhem et y ont élaboré leurs bières, comme la Bracine, la Wilde Leeuw et l’Anosteké. Ces deux dernières indiquent clairement qu’elles sont originaires de Flandre française. Anosteké est la traduction phonétique de l’expression flamande de France (toet) een naeste keër signifiant «À la prochaine !»

Anosteké est une bière de haute fermentation au goût de houblon prononcé. Il en existe différentes versions: blonde, brune, cuvée d’hiver, IPA (Indian Pale Ale), etc. Anosteké est le grand succès de la Brasserie du Pays Flamand, et l’impact de la désignation de la version blonde comme meilleure bière du monde se fait déjà ressentir, car les volumes ont augmenté de 20 %. Chez le marchand de bières de Flandre-Orientale auprès duquel je fais toujours mes achats, l’Anosteké est en rupture de stock.

https://www.youtube.com/embed/WQVGj_lANsQ

Forte de son succès, la Brasserie du Pays Flamand a rapidement dû voir plus grand. En 2018, un second site de brassage, d’une capacité de production bien supérieure, est né à Melville. Cet établissement ne suffit cependant déjà pas et une extension de 2500 m² a été décidée récemment. Les nouvelles surfaces ne serviront pas seulement au brassage de la bière. Les deux amis Lesenne et Duthoit, devenus partenaires, vont commercialiser un nouveau produit. Il s’agit d’un kombucha baptisé NOKO. Le kombucha est une boisson non alcoolisée à base de thé. C’est une nouvelle étape dans l’histoire, jusqu’ici couronnée de succès, de la Brasserie du Pays Flamand.

Un pélican centenaire

Une autre bière du Nord peut également faire la fête: Pelforth. La Brasserie du Pélican naît en 1921, par la volonté de trois brasseurs lillois qui ont décidé de s’associer. L’entreprise décolle en 1935 avec le lancement de la Pelforth 43. Après la Seconde Guerre mondiale, la brasserie s’établit à Mons-en-Barœul et devient, avec une production annuelle de 145 000 hectolitres, la plus grande du Nord-Pas-de-Calais. Pelforth est à l’époque la seule brasserie en France à produire une bière brune.

Dans les années 1980, Pelforth est rachetée par le géant de la bière néerlandais Heineken. Mons-en-Baroeul demeure, aujourd’hui encore, le premier site de production de Heineken en France. Environ 12 % du chiffre d’affaires total, soit quelque 450 000 hectolitres, proviennent de Pelforth.

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.