Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Publications

Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Nicolaes Witsen, le Néerlandais qui enseigna la construction navale au tsar
© Wikimedia Commons
© Wikimedia Commons © Wikimedia Commons
Histoire

Nicolaes Witsen, le Néerlandais qui enseigna la construction navale au tsar

Dans la lointaine ville russe de Naryan-Mar, une exposition consacrée à Nicolaes Witsen a ouvert ses portes. Cet homme d'État et cartographe néerlandais du XVIIe siècle est l'une des figures de proue symbolisant l'histoire commune que partagent la Russie et les Pays-Bas. Expert en affaires russes et en construction navale, Witsen était un ami du tsar Pierre Ier, mieux connu sous le nom de Pierre le Grand.

L'exposition Nicolaes Witsen et la ville disparue et les activités qui y sont associées marquent le 380e anniversaire de la naissance du cartographe et diplomate néerlandais Nicolaes Witsen (1641-1717). L'exposition qu’accueille aujourd’hui le Pustozersk Museum marque le début d’un programme à long terme prévu par le Kraevedchesky Muzey, le musée régional de Naryan-Mar, qui mettra l’accent sur les Pays-Bas.

Quels sont les éléments rendant si significative cette exposition organisée au nord du cercle arctique que Janette Verrijzer, attachée culturelle à l'ambassade des Pays-Bas à Moscou, et Victoria Lourik, experte au service culturel du consulat général à Saint-Pétersbourg, ont entrepris un long voyage, en partie même en motoneige, rien que pour assister à son ouverture? Qu’est-ce qui rend si intéressants Nicolaes Witsen et le musée Pustozersk?

Histoire commune

Dans son message vidéo à l'occasion du vernissage de l'exposition, l'ambassadeur Gilles Beschoor Plug explique que «Witsen est l'un des symboles de l'histoire commune que partagent la Russie et les Pays-Bas». Après tout, c’est lui qui élabora en Occident la première carte précise de la Russie et de la Tartarie.

L'ambassadeur néerlandais Gilles Beschoor Plug: «Witsen est l'un des symboles de l'histoire commune que partagent la Russie et les Pays-Bas»

Witsen, cartographe, diplomate et entrepreneur, fut élu treize fois bourgmestre d'Amsterdam. Il opéra comme ambassadeur spécial en Grande-Bretagne et fut directeur de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Il fut également conseiller du prince stathouder néerlandais Guillaume III et ami du tsar Pierre le Grand. Les contributions scientifiques et culturelles de Witsen sont, elles aussi, remarquables: il fut conservateur du jardin botanique d'Amsterdam, membre de la Société royale anglaise, mécène d'artistes et expert-auteur en construction navale.

Son ouvrage sur la construction navale, Aeloude en hedendaegsche Scheepsbouw en Bestier (Construction et direction navale ancienne et moderne) (1671), le met en contact avec le tsar Pierre le Grand. Il s’ensuit alors une correspondance, le tsar voulant moderniser sa flotte en fonction des normes européennes occidentales.

Ville au-dessus du cercle polaire arctique

Pustozersk fut la première ville construite par les Russes au nord du cercle polaire. Pour les Pays-Bas, la ville était importante: aux XVIe et XVIIe siècles, des navires néerlandais s’y rendaient chargés de sel, d'huile végétale, de vin et d'autres produits, pour ramener chez eux des fourrures, du poisson et d'autres produits du Nord.

Outre l'histoire commerciale, il est également important de mentionner l'expédition de Barentsz et Van Linschoten en 1594, au cours de laquelle les Néerlandais découvrirent les côtes, îles et baies de la région et leur donnèrent des noms néerlandais. Dans son livre intitulé Noord en Oost Tartarye (Le nord et l'est de la Tartarie), Witsen décrit la ville de Pustozersk et en propose une carte géographique. C'est la source la plus ancienne et la plus riche sur la ville, utilisée aujourd'hui encore par les historiens et les archivistes.

Au XVIIIe siècle, avec la découverte d'une route méridionale plus confortable pour se rendre en Sibérie, Pustozersk perdit progressivement de son importance économique. La ville déclina. En 1924, elle perdit son statut de ville et, après la Seconde Guerre mondiale, elle vit sa population dégringoler. Les derniers habitants partirent en 1962. Bien que la ville ait disparu depuis de la surface de la terre, l'œuvre de Witsen et le musée Pustozersk perpétuent néanmoins son histoire.

L'exposition

L'exposition est fondée sur deux ouvrages de Witsen, De reis naar Moskovië (Le voyage en Moscovie) et Noord en Oost Tartarye (Le nord et l'est de la Tartarie), ainsi que sur sa correspondance avec le tsar Pierre le Grand.

La première partie de l'exposition s'intitule le Cabinet des curiosités. Elle met à l’honneur un phénomène répandu dans la culture européenne des XVIe et XVIIe siècles, à savoir les collections d’objets inusités exposées dans les maisons privées. Les cabinets contenaient principalement des objets associés aux domaines de l'histoire naturelle, de la géologie, de l'ethnographie, de l'archéologie, de la religion, de l'art et des antiquités. Souvent, ils servaient à établir le statut socio-économique de leur propriétaire. Dans d'autres cas, ils avaient des buts plus pratiques et scientifiques ou servaient de divertissement. Les organisateurs de l'exposition ont rassemblé des objets appartenant à la collection du musée pour constituer un cabinet imaginaire. De cette manière, ils souhaitent avant tout donner une idée générale du phénomène, plutôt que de reconstituer le cabinet décrit par Witsen.

L’exposition accorde bien évidemment une place importante au voyage de Witsen en Moscovie, à la relation (commerciale) des Néerlandais avec Pustozersk, aux informations uniques rassemblées par Witsen sur la ville et la carte géographique dessinée par lui, ainsi qu’à son livre sur Le nord et de l'est de la Tartarie. Des extraits du journal de Witsen rendent l’expérience particulièrement immersive et vivante.

Ami du tsar

Une section de l’exposition est entièrement consacrée à la relation entre Witsen et le tsar Pierre Ier. Ce fut une amitié importante dans l'histoire des deux nations, laquelle se solda par de nombreuses réalisations. Par exemple, Pierre Ier et Witsen échangèrent des idées sur la modernisation de la marine impériale russe. Cet échange épistolaire conduisit à une commande de navires de guerre auprès des chantiers navals d'Amsterdam, et ce en échange de réglementations bénéficiaires sur le commerce néerlando-russe. En 1697, Witsen organisa pour le tsar une période de formation de quatre mois dans les chantiers navals de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. En visitant les Pays-Bas, Pierre apprit beaucoup sur la vie en Europe occidentale et acquit une expérience pratique sur le plan de la construction navale. Ces compétences et connaissances eurent par la suite un impact durable sur sa vie.

Lors de l'ouverture, la conférence de l'attachée culturelle Janette Verrijzer porta sur les relations entre les Pays-Bas et la Russie dans le domaine du patrimoine culturel. Elle fut suivie d'une conférence vidéo enregistrée par l'historienne Jozien Driessen. Elle y aborda les voyages de Cornelis de Bruijn, un artiste qui peignit, au XVIIe, la population samoyède locale.

L'exposition est ouverte jusqu'au 1er novembre 2021.
Cet article a été initialement publié sur DutchCulture.
S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.