Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Publications

Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Remco Campert (1929-2022), mort d’un virtuose de la littérature néerlandaise
© Paul Levitton
© Paul Levitton © Paul Levitton
Littérature

Remco Campert (1929-2022), mort d’un virtuose de la littérature néerlandaise

Le poète et romancier néerlandais Remco Campert est décédé à l’âge de 92 ans le 4 juillet 2022 à Amsterdam. Le lauréat du prestigieux prix des Lettres néerlandaises en 2015 et du P.C. Hooft de 1976 pour sa poésie était l’auteur d’une œuvre monumentale appréciée tout autant du grand public que de la critique.

Remco Campert était le dernier représentant de la génération des Vij­tigers (Mouvement des années cinquante). Avec les poètes Lucebert, Hugo Claus et Gerrit Kouwenaar, entre autres, il a révolutionné la littérature de langue néerlandaise peu après la Seconde Guerre mondiale en s’opposant aux normes littéraires en vigueur et en particulier au lyrisme.

Campert avait fréquenté les membres du mouvement d’avant-garde artistique «Cobra» (Karel Appel, Corneille), notamment lors de séjours parisiens, et les poètes expérimentaux qui influencèrent son écriture poétique. C’est justement par la poésie qu’il avait fait son entrée en littérature. En 1950, il publie le recueil Ten Lessons with Timothy qui sera suivi d’une quarantaine d’ouvrages de poésie, dont le dernier en 2019, Mijn dood en ik. Dans ce recueil publié à l’âge de 90 ans, il regarde la mort dans les yeux de manière extrêmement lucide.

En 1976, Campert recevait le prix P.C. Hooft pour sa poésie. Le jury écrivait: «En parcourant l'ensemble de l'œuvre poétique de Remco Campert, le jury est impressionné par la chronique personnelle des années 1950-1970 qui y est écrite. Les faits périlleux et ridicules de cette période sont chroniqués de manière inoubliable par le poète».

Tout au long de son impressionnante carrière d'écrivain et de poète, Campert a reçu de nombreux prix, dont le plus important de l'ère néerlandophone, le prix des Lettres néerlandaises qui lui a été remis en 2015 pour souligner la qualité de son œuvre poétique et en prose.

Récemment, dans le cadre d'une campagne contre la guerre en Ukraine, le poème de Campert «Iemand stelt een vraag» («Résistance») du recueil Betere tijden (Meilleurs temps, 1970) a été traduit en quatorze langues, dont le français, l'ukrainien et le russe, par l'éditeur régulier de Campert, De Bezige Bij. Depuis 2017, le poème figure sur la façade de l'éditeur en néerlandais.

Résistance

La résistance s’amorce non par de grands discours

mais par de minimes actes

de même que la tempête par un bruissement dans le jardin

ou le chat soudain pris de folie

de même que les fleuves

par une imperceptible source

tapie dans la forêt

de même qu’un embrasement

par l’allumette

qui allume une cigarette

de même que l’amour par un simple regard

un frôlement l’inflexion d’une voix

se poser à soi-même une question

ainsi s’amorce la résistance

que l’on poursuit en la posant à autrui

Poème traduit du néerlandais par Daniel Cunin.
S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.