Publications
Un empereur polyglotte
Pour les abonnés
Série: Perdu dans toutes nos langues

Un empereur polyglotte

Charles Quint, né à Gand en 1500, illustre parfaitement la situation linguistique complexe, voire hybride, dans les Pays-Bas des Habsbourg à la Renaissance.

On a dit de lui qu’il s’adressait à Dieu en espagnol, aux souverains en italien, aux femmes en français, et aux soldats (ou aux chevaux ?) en allemand. Il existe plusieurs variantes du XVIIe au XIXe siècle de cette citation anecdotique et légendaire. Il est évident que l’empereur parlait français. Dans les Pays-Bas, le français était déjà en usage à la cour des comtes de Flandre. La dynastie bourguignonne avait définitivement imposé le français comme langue de l’élite politique, notamment dans les Pays-Bas méridionaux.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€5/mois

Série:

Perdu dans toutes nos langues

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous autorisez un paiement automatique. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be